Méthanisation : de la chaleur pour un hôpital vosgien

La famille Jacquot, à Mirecourt, dans les Vosges, met en place un partenariat énergétique qui est une première en France.

En cette fin janvier, les engins de chantier sont encore à la manœuvre à la ferme Haut de la Vigne. Il y a encore pas mal de travail pour finir l’aménagement du site, cimenter les abords. Martin Nippé, de la société Domaix-Energie, basée dans le Bas-Rhin et qui a conçu l’installation, est présent pour les ultimes vérifications. Les premiers effluents, issus des ateliers lait et viande, sont arrivés dans le digesteur en septembre et le cogénérateur vient de démarrer. Sur ce Gaec familial qui associent Bernard Jacquot, son épouse et leurs trois enfants, Nicolas, Benoit et Aurore, tout le monde suit de près le projet. Mais c’est Nicolas qui a en charge le suivi de cette nouvelle activité. « Nous bénéficions de la proximité avec l’hôpital de Ravenel, qui est à 800 m. Une structure de 300 lits, spécialisée en santé mentale, disposant de plusieurs bâtiments répartis sur 70 ha, explique-t-il. Pour mettre sur pied notre projet, nous leur avons donc proposé de leur fournir la chaleur pour leur eau sanitaire. Un contrat sur dix ans a été établi (voir encadré). Nous allons également chauffer les trois logements sur l’exploitation. » La puissance de l’installation est de 250 kW, l’électricité étant revendue classiquement à EDF. La production de chaleur équivaut à 270 kW. Le constructeur est Weltec, une entreprise allemande.

« L’eau chaude circule en circuit fermé. Elle part à une température de 80 ° dans deux conduites isolées, de 80 mm de diamètre, pour arriver à l’hôpital à 75°, précise Bernard Jacquot. La chaleur y est récupérée via un échangeur de plaques. » Le local technique de 150 m2 abrite également un hygiéniseur, indispensable pour traiter les déchets de l’hôpital, ceux de cantine principalement, car pouvant contenir des germes pathogènes. L’autre volet du partenariat avec l’hôpital. Un bol doseur à fond mouvant alimente le digesteur, contribuant à diminuer le poste main d’œuvre. « L’installation est entièrement automatique. Elle ne devrait exiger que deux heures par jour, en rythme de croisière, souligne Martin Nippé. Elle est suivie par télésurveillance, les alertes arrivant chez Domaix et sur les téléphones portables des agriculteurs. »

90 % du prix du gaz naturel
La famille Jacquot a créé une société, SAS Méthavigne, pour l’activité méthanisation. Le coût de l’installation est de 3 M€. L’ADEME et la Région ont accordé une subvention de 550 000 €. La SAS bénéficie également d’une prime chaleur de 4 c/kw pour utilisation des effluents d’élevage. Le tarif de vente à l’hôpital, objet d’un contrat sur dix ans, est calculé pour être inférieur de 10 % au tarif gaz naturel. Le retour sur investissement est estimé à dix ans, durée de l’emprunt contracté par MéthaVigne.
Publicités

Une réflexion au sujet de « Méthanisation : de la chaleur pour un hôpital vosgien »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s